druide_dj_banner

Ces putains de druides qui chopent grave en boîte !

Commençons par une citation de Michel-Ange :

«Déjà, moi je voulais le monétiser ce putain de site. Afin de me faire des thunes.»

Un mec plein de bon sens Michel, et qui connaissait son biz’ encore ! Mais c’est pas de ça qu’il nous faut parler.

Pas de transition, on commence comme ça :

Ils sont là, serpe à la ceinture et sentant le cerfeuil. Sans qu’on l’ait vu venir, ces types ont infiltré nos villes. En exode lent, loin des forêts chiantes et des écureuils de merde : les druides. Tu le sais pas encore mais ce que tu croyais jusqu’alors être un vioque relou complètement abruti par les herbes s’est acclimaté au 21e siècle et son délire c’est plus du tout la caillasse et les glaïeuls. Il en a plus rien à foutre de ces trucs de baltringue le druide. Il a sorti son blair des fourrés et il a bien vu qu’on se mettait quand même mieux à frôler des culs en robe rouge sur le dance floor, l’air de rien, qu’à se branler mollement dans les bois en évaluant les étoiles.

Alors, à première vue, on serait tenté de s’en foutre. Ils peuvent bien faire ce qu’ils veulent ces putains de druides. En plus, ils doivent se faire grave iéch’ dans la nature depuis deux mille ans les mecs. Et pourtant, ce phénomène croissant pose un vrai problème aux citadins. Car voyez-vous, derrière leur sous-air de Gandalf, ça pécho le druide. Et ça pécho même sévèrement bien. Ceci à tel point que c’est tout un pan du code de la baise – établi il y a plus d’un siècle par le père de Robert Mitchum – qui est en danger.

J’illustre :

T’es en boîte, posé, t’as commandé un vodka-Red Bull dans un de ces verres de merde trop haut et trop fin, rempli à mi-cuisse de glaçons. La formule de base. T’es un peu confiant ce soir et déjà tu t’approches tranquillement de la piste histoire d’y caler deux pas de danse chiasseux piqués au connard à mèche d’à côté. Tu te mets bien. Rapido, tu repères une meuf qui semble vouloir ta bite. Elle est pas ouf mais toi non plus. Ça tombe bien. En plus, t’es pas trop branché bonasse, tu préfères rester sur le milieu de la gamme histoire de pas avoir à dealer avec la concurrence friquée et les trouducs à chignon.

Déjà, ça commence à se frotter. Les signaux sont là, gros comme des phares dans la nuit. Plus qu’à supporter cette zik’ de merde quelques heures en restant bien serré sur la poule histoire de pouvoir la ramener dans ton T1bis pour un dernier verre au moment où la night deviendra relou. À l’heure où ceux qui ont pécho s’en iront triomphants et où ceux qui ont raté le coche se résigneront à rentrer en solo, se faire cuire des pâtes et s’endormir merdiquement devant un porn ou deux.

dance_floor_beauf

Mais là, t’es bon. T’as lâché un maximum de boules en cocktails de connasses et t’as réussi à la garder tout prêt la gonzesse. Tu vas baiser, c’est une affaire entendue.

Sauf que non… C’était sans compter sur ce fils de pute de druide qui se pointe l’air de rien et te la ravit la précieuse ! Comme ça, sans effort. Merde… Comment il a fait putain ? Et bien c’est très simple. Réfléchis Morray. Ça fait quoi un druide ? Ouais, des potions, des sortilèges, des rituels, ce genre de merde. Or, au 21e siècle, on guérit plus la chiasse avec des feuilles de laurier. Les druides au chomedu à cause de la médecine moderne et de la déforestation ont rapido pigé que leur savoir ils pouvaient l’utiliser pour quelque chose de plus sexy que soigner des culs de pécores. Ils pouvaient s’en servir pour pécho ! L’épiphanie ma gueule !! T’imagines un peu ? Et c’est précisément ce qu’il s’est passé ici.

druid_dance_floor

Reprenons :

Pas con le druide, il t’a laissé payer des coups à la nana histoire d’affaiblir sa volonté au maximum sans avoir à cramer un seul de ses propres bifs. Une fois la meuf suffisamment bourrée, il s’est alors approché en loucedé par derrière et lui a glissé un petit charme celtique de derrière les fagots. Élémentaire putain ! Le mec fait tomber l’orage alors tu penses bien que ce genre de tours de Mickey c’est du gâtal pour lui. La meuf réagit direct, elle est sous le charme. Elle te calcule plus du tout et se met à rouler des pelles géantes au druide. Fuck ! Quel est ce fâcheux délire ? Tu te mets du coup à vouloir lui péter la gueule à ce petit enculé. Mais pas moyen, la gonzesse s’interpose. « touche pa a mon keum batar ! » lance t-elle d’une voix gauche et avinée pendant que son nouveau Jules te lâche un petit clin d’œil en coin par dessus son épaule. Il te nargue le coquin ! Et il aurait ma foi bien tort de s’en priver de la savourer à fond sa petite victoire facile ! Toi, t’essayes tant bien que mal de lui décocher une patate par dessus la cagole au druide. Certes, c’est perdu pour la baise mais tu pourrais au moins garder un semblant de fierté en l’humiliant physiquement. Mais non plus ! Ton bras mou, pas entraîné du tout, est bloqué sans souci par le videur qui a réagit au quart-de-tour. On te met deux trois directs au foie histoire de dire et t’es déjà dehors, sur le trottoir, un peu à la manière d’une merde qui va pas niquer ce soir, tu vois ?

C’est pas de pot ma gueule. T’es bon pour les pâtes.

Alors vous voyez ? Cet exemple typique montre bien que le problème se pose. Et là, je parle de ce qui se passe en boîte de nuit mais c’est pareil dans un bar, à la plage ou dans les héliports. Mais dès lors, que faire ? Bah sérieux, j’en sais rien ma couille. Deviens druide ou laisse tomber les meufs. Met toi au jokari par exemple, c’est bon pour le cœur.

jokari

Share on FacebookTweet about this on Twitter

9 thoughts on “Ces putains de druides qui chopent grave en boîte !

  1. « Des barbus te parlent de culture » J’ai du rater le côté culture de l’article mais putain qu’est-ce que j’ai rit, du début à la fin. Bien ouej Serpico
    Sinon concernant l’orthographe de « loucedé », je l’avais jamais vu celle là, est-elle approuvée par l’Académie française ?

    1. L’humour, c’est aussi d’la culture un peu. On va clarifier un peu en rajoutant les catégories tout de suite et en taggant ça en FFA. On a aussi dit qu’on se ferait plaisir ! Et l’Académie Française, ahem. Bref.

  2. Top de chez Top ! Ça fait vraiment plaisir de vous revoir écrire les gars, un bon gros big up à Serpico pour son travail ! :) vous pouvez être sûr que je suivrais les autres articles et que j’en parlerais autour de moi :p

Laisser un commentaire